Sainte Diana, ce 9 juin.

Publié le par Michel Le Fouineur

(par Défendente Génolini)
¤¤¤¤¤
"Sa beauté était remarquable et s'alliait à une intelligence, une sensibilité, une volonté peu communes." Ainsi parlait-on de la jeune Bolognaise Diana Carbonesi d'Andallo. Ses parents sont riches, Diane est coquette, et c'est par mondanité et curiosité qu'elle se rend à une prédication du dominicain Réginald. Diane est touchée. Elle prend le frère comme père spirituel et décide de devenir religieuse. L'année suivante, lors d'un passage de saint Dominique à Bologne, elle fait voeu de virginité en sa présence. Sa famille s'y oppose. Elle prend prétexte d'une sortie à Ronzano pour entrer au couvent des chanoinesses. Sa famille se précipite au couvent et s'empare de Diane, qui résiste. Mais elle s'enfuit à nouveau. De guerre lasse, son père capitule et finance la création du premier couvent de dominicaines de Bologne. Diane meurt à 35 ans, en 1236.
¤¤¤¤¤
Lettre du dominicain Jourdain de Saxe à Diane :
"A ma mort même, tu ne devrais pas mener un deuil si inconsolable : car, mort, tu ne me perdrais pas, tu m'enverrais devant toi vers ces clarissimes demeures où, naissant à la vie, je prierais pour toi le Père et où je te serais bien plus utile vivant avec le Seigneur que réservé en ce monde."
¤¤¤¤¤
(source : Directsoir n° 166 vendredi 6 juin 2007)

Publié dans humour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article