Saint Antoine de Padoue, ce 13 juin.

Publié le par Michel Le Fouineur

(par Defendente Génolini)
De son vivant déjà sa renommée a été grande. Elle ne s'est jamais démantie. S'il est un saint populaire, c'est bien lui. Quelle église ne contient pas sa statue ? Si nous l'invoquons surtout pour retrouver les objets perdus, savons-nous que ce disciple de saint François d'Assise doit sa réputation à son extraordinaire eloquence. De Bologne à Montpellier, de Toulouse à Padoue, il ne cesse d'enseigner, d'accomplir prodiges et conversions. Il traduit en images enflammées les vérités abstraites. Il prêche devant des foules immenses, plus de 20 000 personnes parfois. Sa carrière ne dure pourant que neuf ans. Il vitupère contre les clercs indignes et les riches orgueilleux et paresseux. Il meurt à 36 ans, en 1231. L'année suivante, il est canonisé par Grégoire IX. Orphelins, pauvres, jeunes en difficultés trouvent auprès de lui un avocat et un père attentif. Il est aussi le patron du Portugal, des potiers et des illettrés.
¤¤¤¤¤¤
Pensée du jour :
"Que les paroles se taisent et que les actions parlent. Nous sommes pleins de paroles mais vides d'actes."
¤¤¤¤¤¤
(source : Directsoir n° 168 12 juin 2007 ; wikipédia)

Publié dans saint

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article