Sainte Germaine, ce 15 juin.

Publié le par Michel Le Fouineur

(par Defendente Génolini)
¤¤¤¤¤¤
En 1601, Germaine Cousin, petite bergère de Pibrac, près de Toulouse, meurt à 22 ans, toute seule, sur quelques fagots de bois, sa couche ordinaire. Cinquante ans après sa mort on retrouvera le corps intact. Malade et chétive, elle est méprisée par son père qui se remariera à la mort de sa mère. Elle est envoyée à la garde des moutons. Des prodiges accompagnent ses pas et ses actions sans qu'elle le veuille, comme de traverser un ruisseau sans que sa robe soit mouillée... Les enfants du pays la rejoignent dans les près et elle, qui ne sait ni lire ni écrire, leur enseigne le catéchisme et leur append à réciter le chapelet. Parfois elle quitte son troupeau pour aller à la messe, et jamais une seule bête ne s'éloigna pendant son absence. On finit parl'appeler "la sainte de Pibrac". Elle est invoquée pour aider les enfants délaissés et mal-aimés par leurs parents. Elle fut canonisée en 1867.
¤¤¤¤¤
(source : Directsir n° 170 jeudi 14 juin 2007)

Publié dans saint

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article