Les insolents de la semaine sont Canardés !

Publié le par Michel Le Fouineur

Damned ! Au milieu du concert de violons pro-Sarko de ces derniers jours, des gazettes ont pris des risques inconsidérés pour tenter de glisser un mot critique sur le locataire de l'Elysée. Mais où et quand s'arrêtera cette indécente chasse à l'homme présidentiel ?
Mercredi 25 juillet (2007), contre toute attente, c'est du "Figaro" qu'est venue la première attaque en règle. Une charge d'une rare violence, foudroyante. Et sournoise ! Profitant d'une inattention de ses lecteurs, noyés dans trois pages tout à la gloire de Sarko, "Le Figaro" a osé cette phrase rectifiant les propos du chef de l'Etat sur la libération des infirmières bulgares :
"Nicolas Sarkozy a assuré que "ni la France ni l'Europe" n'avaient versé la moindre rançon pour obtenir la libération des otages. Vraie hier, cette affirmation risque d'être rapidement démentie."
Quelle offense ! Pardonnons, chers confrères, à nos collègues du "Figaro"...
D'autant que, depuis, il y a eu bien pire. "Le Parisien" s'est carrément lâché à deux reprises. Et en gros, dans les titres ! Vendredi 27 07 2007, le quotidien a ainsi résumé la visite de Sarko Ier au Sénégal, accompagné de sa trop discrète sous-ministre aux Droits de l'homme Rama Yade :
"La vedette, c'est toujours Sarkozy."
Mais qui aurait pu imaginer un jour pareil dérapage journalistique ? Dès le lendemain, "Le Parisien" a récidivé, à propos cette fois du souvenir présidentiel laissé au Sénégal. Titre du papier :
"Le flop du discours de Dakar."
Mais c'est une déclaration de guerre, pardi ! Hé, oh, mollo ! Faudrait voir à ne pas aller trop loin. En France, la presse est libre, mais tout de même...
¤¤¤¤¤
(source : Le Canard enchaîné du mercredi 1er août 2007)
 

Publié dans actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article