En terre de Trévarez.

Publié le par Michel Le Fouineur

Emblème de la Belle Époque, le domaine de Trévarez, au pied des Montagnes noires de la Cornouaille, abrite une exceptionnelle diversité florale destinée à tous les amoureux de la Bretagne.
Métamorphosé à la fin du 19e siècle par James Montjaret de Kerjégu, diplomate, politicien et ingénieur agronome, le domaine de Trévarez, dans le Finistère, est un ravissement. Sur ces terres familiales dont il avait hérité, il fait construire le "château rose", ainsi nommé à cause du mariage réussi de la brique et de la pierre. Achevée en 1907, cette impressionnante demeure néo-gothique surplombant de sa façade nord la vallée de l'Aulne est pour l'époque à la pointe du modernisme avec ses deux ascenseurs, son chauffage central et sa charpente métallique de type Eiffel. Sauvé de la ruine par le Conseil général du Finistère qui en fit l'acquisition en 1968, il s'ouvre au public trois ans plus tard. Et les jours de grisaille, rares en Bretagne comme chacun sait, le château prend des airs écossais malgré son parterre à la française. Quant au vaste parc de 85 hectares, distingué par le ministère de la Culture, il dévoile ses secrets au visiteur dans une nature domestiquée qui s'exprime avec l'accent anglais des jardins d'outre-Manche.
Les jardins auraient pu inspirer Vivaldi pour ses Quatre saisons car ils savent se montrer différents tout au long de l'année. Au printemps, lorsque les centaines de rhododendrons et d'azalées (dont les étonnantes azalées caduques aux tons chauds) disséminés à l'ouest du château se parent de leurs fleurs, c'est un émerveillement. On s'imagine dans le New Forest, dans le sud de l'Angleterre, cette forêt plantée en 1066 sous le règne de Guillaume le Conquérant où le rhododendron abonde. A Trévarez, les buissons centenaires hauts de plusieurs mètres rivalisent d'élégance. Une incomparable collection.
L'été, les rhododendrons cèdent la place aux fuchsias et aux hortensias. La fleur emblématique de la Bretagne trouve ici dans cette terre de bruyère un sol dans lequel elle peut s'exprimer. Et quand survient l'automne et que les fleurs se fanent en une palette aux fines nuances pastel, chênes, magnolias et érables prennent la relève de leurs couleurs incendiaires. L'hiver consacre les camélias, regroupés autour des anciennes écuries. L'une des plus belles collections de France. D'octobre à avril, les 380 variétés, dont 160 sujets centenaires, illuminent les massifs. Mais le domaine sait aussi se mettre en valeur à travers des expositions et des festivals. Notamment en fin d'année avec son Noël à Trévarez, une manifestation qui anime à merveille, en cette période hivernale, ce domaine majestueux.
¤¤¤¤¤¤
Domaine de Trévarez,
29520 St Goazec.

Publié dans patrimoine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article