La passion selon Laura Smet.

Publié le par Michel Le Fouineur

La fille de Johnny a retrouvé sa joie de vivre. Après l'orage de sa liaison avec Frédéric Beigbeder, Laura revient à la lumière dans le film de Pascal Thomas, L'heure zéro, adapté d'Agatha Christie (sortie le 31 octobre 2007). Et ose un rôle de femme désespérée dans le nouveau film de Philippe Garrel.
Pour l'approcher, mieux valait savoir l'apprivoiser. L'oeil scrutateur, le visage impassible, elle semblait vous tester. Sans arrière-pensée. La belle était timide. Une fois en confiance, sa langue se déliait. C'était en 2004, à la sortie de La demoiselle d'honneur, de Claude Chabrol. Notre rencontre avait eu lieu dans les bureaux de son agent et parrain, Dominique Besnehard. Laura s'étonnait encore d'avoir pu, un an plus tôt, se raser le crâne pour être au plus près de son personnage, une jeune femme cancéreuse, dans Les corps impatients. Une performance saluée par le prix Romy-Schneider.
- Moi, la mauvaise élève, j'allais enfin jusqu'au bout de quelque chose ! lâchait-elle.
A 21 ans, elle se décrivait alors comme 'boulimique de vie comme de rôles". L'amour fou, pas pour elle. "Je suis trop posée." C'était avant la rencontre qui allait changer sa vie... Il a dix-huit ans de plus qu'elle et aime les paillettes. Le romancier et chroniqueur littéraire Frédéric Beigbeder séduit la jeune actrice. Le couple est de toutes les soirées people de la capitale. Nathalie Baye s'inquiète de toute cette lumière, Johnny, lui, joue son "gendre intello". Comme pour répondre aux mauvaises langues qui jugent leur différence d'âge, Laura affiche un bonheur absolu.
- Je suis la fille la plus heureuse du monde, confie-t-elle en plein tournage d'UV, sa première comédie.
Elle ajoute même :
- J'ai arrêté l'école à 16 ans et je me suis vite aperçue que je manquais de culture. Avec Frédéric, je découvre les grands classiques et les jeunes auteurs.
Ainsi l'année 2006 semble devoir bien se terminer. Elle vient alors d'achever le tournage de L'heure zéro, de Pascal Thomas qui dit d'elle :
- Je lui ais offert le rôle de Caroline Neuville, un personnage tourbillonnant. Je la connais depuis ses 14 ans. C'est une belle fille drôle, pleine d'énergie. Je lui prédis une carrière comparable à celle de Danielle Darrieux. Dans le film, leur duo est impayable !
Et puis le ciel s'assombrit. L'homme de sa vie, qu'elle décrit comme "dangereux mais passionnant", s'affiche avec une nouvelle conquête. Laura quitte brusquement le tournage des Femmes de l'ombre, de Jean-Paul Salomé, qui la remplace au pied levé par Marie Gillain. Elle tenait tant à ce rôle de Suzy, jeune espionne de la "french section" des services secrets britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale. Au théâtre, elle cède, malgré elle, sa place au côté d'Arié Elmaleh à Virginie Ledoyen. Après un séjour à l'hôpital, elle part se reposer plusieurs mois, sur les conseils de sa mère, aux Etats-Unis. L'envie de s'en sortir a été la plus forte. Pour son retour sur les plateaux de cinéma, sous la houlette de Philippe Garrel, et avec Louis Garrel (son fils), elle a même accepté un rôle de femme désespérée : une comédienne, amoureuse éconduite, se suicide et revient hanter le photographe qui l'a repoussée. Cette fille-là, vraiment, elle est terrible !
¤¤¤¤¤
Caroline Douteau ; Télé 7 jours.

Publié dans personnage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article