Saint Géraud, ce 13 octobre.

Publié le par Michel Le Fouineur

(par Defendente Génolini)
¤¤¤¤¤
Une double éducation pour ce fils exemplaire du comte d'Aurillac.Il était prévu qu'il succède à son père. Mais Géraud subit une grave maladie. Durant sa longue convalescence, il s'adonne à la lecture, à l'étude du latin, de la théologie et du chant grégorien. A la mort de son père, il devient à son tour comte d'Aurillac. Un modèle de gestionnaire des affaires temporelles, un souci exemplaire des pauvres et, en privé, une vie quasi monastique. Célibataire, il aime aller en pèlerinage sur la tombe des saints, à Limoges, à Tours ou à Rome (où il ira sept fois). Il donne la liberté à de nombreux serfs, administre ses terres avec sagesse et fonde, dans sa ville, une abbaye qu'il place sous la protection de saint Pierre, où il aime se retirer. Devenu aveugle, il passe son temps dans la prière. Il meurt en 909. D'incroyables miracles se réalisent au court de ses dernières années, et beaucoup plus après sa mort. Son tombeau, enterré à de grandes profondeurs, s'éleva lentement jusqu'à sortir de terre.
¤¤¤¤¤
C'est aussi la fête des apparitions de Fatima.
¤¤¤¤¤
¤¤¤¤¤
(source du texte : directsoir n° 221 du 12 10 2007 : liste des saints : igoogle ; lien hypertexte : wikipédia)

Publié dans saint

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article